L’Église et la diversité des religions

La-theologie-chretienne-des-Religions-en-77-questions

A l’heure de la récente Encyclique Fratelli Tutti du Pape François, nous accueillons très favorablement ce dernier livre du Père Henri de La Hougue. Il nous offre un livre très pédagogique, facile à utiliser et que l’on peut mettre presqu’en toutes les mains. Il utilise pour cela le format « Questions-Réponses » nous rappelant ainsi nos catéchismes. Ce livre pourra être la base ou le socle en vue d’une bonne catéchèse dans les écoles ou encore pour les groupes de rencontres interreligieuses, spécialement islamo-chrétiennes.

Ce livre cherche à répondre aux questions que pourrait se poser tous chrétien « lambda » face à la pluralité religieuse dans laquelle nous sommes immergés de nos jours.

Son premier chapitre se penche sur les ressources bibliques. Dès la page 33, il nous laisse entrevoir qu’il y a peut-être eu une Révélation « universelle » et c’est à dire non exclusivement limitée au peuple juif de Palestine : « On peut repérer dans l’Ancien Testament de manière implicite et explicite les traces d’une révélation adressée à l’ensemble de l’univers » Il précise aussi que Jésus Christ admirera non pas tellement la foi des non-juifs (les païens) mais « leur capacité à accueillir sa Parole » (p. 36).

Son chapitre 2 relève quelques temps forts de l’histoire de l’Église, notamment le fameux adage « Hors de l’Église point de salut ! » (p. 50). Il fait un survol du Concile Vatican II et du décret Nostra Aetate. Et tout cela trouvera un début de réalisation dans les non moins fameuses réunions d’Assise promues par Jean Paul II, durant lesquelles on affirmera l’unité du genre humain non pas tellement en priant ensemble mais en « étant ensemble pour prier », chacun à sa manière, dans son lieu spécifique (p. 66).

Le 3ème chapitre aborde les formes et conditions de dialogue. Il explore les différents buts du dialogue que ce soit un dialogue de vie, dialogue de projets communs, dialogue spirituels et finalement dialogue théologique (p. 78-80). Tout ceci ne se fera pas sans provoquer un certain dépouillement et même nous mettre face à des risques dont nous devons être conscients. Le premier de ces dialogues pourra concerner notre conception de la Vérité (p. 82), ce qui nous amènera à évoquer l’existence de Dieu. Oui, de quel Dieu parlons-nous ? (p. 91). Si l’on se réfère aux relations islamo-chrétiennes, on ne pourra pas ignorer toute cette histoire conflictuelle entre musulmans et chrétiens ; ce qui nous fait souligner les divergences « aux dépens des éléments communs » (p. 99). Finalement les prières interreligieuses seront-elles possibles ? Pourquoi pas ? Elles pourraient prendre des formes variées et surtout auront à être le fruit « d’une démarche d’humilité et d’amour devant Dieu et devant les autres » (p.103).

Le dernier chapitre se concentre sur quelques débats théologiques actuels. Pour notre auteur, le dialogue interreligieux n’est pas le fruit d’un choix, mais une obligation surtout quand on considère que numériquement la plus grande partie des habitants de la planète ne sont pas chrétiens (p. 109/110). Il est difficile de résumer les soixante pages du chapitre. Il nous faut bien comprendre « le socle identitaire de la foi chrétienne » (p. 121) ; il faut réaliser que nous aurons parfois à faire face à des « impasses » (p. 132), à des problèmes « extrêmement complexes » (p. 143) et même à des tensions (p. 153). Malgré tout, nous pourrons faire nôtre cette conclusion du chapitre : « Le témoignage le plus puissant est souvent donné au moment où le chrétien est le plus désemparé, ne sachant que faire ni que dire, mais où il reste fidèle » (p.162).

En conclusion finale, le Père de La Hougue nous souligne ce qu’a été sa perspective : « donner quelques points de repères et susciter le désir » (p. 165). Nul doute qu’il y a réussi ! Car son livre est une base solide qui fourmille de points de repères en vue d’un dialogue interreligieux. C’est un livre qui devrait se trouver dans les bibliothèques de toutes les maisons de formations religieuses.

Gilles Mathorel, pb

Agenda

En dialogue

Le mariage islamo-chrétien

Twitter