La langue arabe, trésor de France

L-arabe-une-langue-de-France

Monsieur Jack Lang, ancien Ministre, est président de l’IMA (Institut du Monde Arabe). C’est à ce titre qu’il écrit et publie un livre sur la place de la langue arabe dans notre culture. Il se fait l’avocat de la grandeur et de la dignité de la langue arabe. Il cherche à promouvoir un enseignement de l’arabe dans les écoles au même titre que l’anglais, l’allemand ou autres langues étrangères. Il nous invite à redécouvrir tout ce que nous avons reçu de la culture arabe, au moins depuis le temps du Moyen-Age. Aujourd’hui encore, il y a des savants arabes ; à nous de les écouter et de nous enrichir à leurs contacts. Ce sera reconnaître toute sa dignité à la langue arabe et sa culture même au sein de notre société française. Ainsi nous lui redonnerons « ses lettres de noblesse » (p.106).

Au cours des âges, l’arabe (langue érudite) devient langue liturgique d’une grande religion monothéiste, langue d’État, langue juridique et langue de civilisation (p.38) Oui, la langue arabe est bien aussi la langue de l’islam! Mais, poursuit notre auteur avec raison, ce n’est pas pour cela qu’il faut « circonscrire cette civilisation millénaire à sa seule composante religieuse, fut-elle la plus visible » (p. 92).

Et Jack Lang le redit encore dans sa conclusion : « La langue arabe n’est pas l’apanage des hommes de religion, pas plus qu’elle n’est l’exclusive des français d’origine arabe » – « De même que la majorité des musulmans ne sont pas arabes, la langue et les cultures arabes ne peuvent être réductibles à l’islam » (p. 107).

« Il ne faut pas, dit-il encore, verrouiller une culture et une population dans leur seule dimension religieuse ».

Il utilise encore le mot-clé de son titre en écrivant : « Embrassons cette langue de France, ce trésor du monde » (p.108). L’arabe est un trésor du monde et non un trésor français comme le titre voudrait le suggérer.

En tant que Président de l’IMA, il est tout à fait du ressort de Monsieur Jack Lang de nous offrir un tel livre qui cherche à promouvoir la langue arabe au sein de notre société française, la société multiculturelle d’aujourd’hui. En ce sens, son livre pourra avoir des conséquences politiques significatives. Cette langue arabe est pour ainsi dire comme un joyau qui devrait susciter notre admiration quels que soit ses liens avec la religion musulmane. Mais ces liens avec la religion musulmane ne peuvent pas être occultés. Et on peut regretter de ne pas trouver un chapitre du livre nous les présentant de manière positive. Car il est indéniable que nous avons encore aujourd’hui des chefs d’œuvre de la littérature arabe avec des dimensions poétiques et mystiques qui se doivent d’être reconnues. Jack Lang nous en a fait une évocation en parlant d’une langue liturgique ; « langue sacrée » serait encore plus exact. Et ce sacré a été et est toujours reconnu par des milliards de personnes. Cet aspect en fait aussi véritablement  un trésor, « trésor du monde », que les Français sont heureux de pouvoir partager.

Gilles Mathorel

Agenda

En dialogue

Le mariage islamo-chrétien

Twitter