La République et la laïcité

bianco  La-republique-et-l-islam

Au moment où j’écris ces lignes, l’information et les médias sont mobilisés sur l’issue du « voile » et le problème des signes religieux dans les lieux publics. Par-delà la question du voile islamique, les commentaires en tous genres abondent sur la République et la laïcité. Les écrits abondent sur ce sujet, certains d’allure polémique, d’autres plus approfondies. Les deux livres que nous vous présentons seront donc une lecture profitable même s’ils ne couvrent pas la totalité du sujet.

Dans notre premier livre, l’historien Pierre Jean Luizard parcoure l’histoire récente de notre République française afin de comprendre ce malentendu ou cette tension entre les Français de souche et les migrants, surtout musulmans, qui se trouvent depuis peu au milieu de nous. Il nous invite notamment à faire face à notre lourd passé de colonisateur qui fait partie de notre histoire et qu’on ne pourra pas effacer. Un incident majeur sera l’épopée de Bonaparte en Egypte dont certains événements pourraient être qualifiés maintenant de « crimes contre l’humanité » (p. 53) Dans ce climat, on assistera à la mise en place d’une réelle division de la population. D’un côté, les envahisseurs seront caractérisé comme des « infidèles obstinés et scélérats sans frein » tandis que de l’autre côté de la Méditerranée, les Français aimeront se voir comme « exerçant une supériorité paternaliste sur des orientaux superstitieux. » (p. 45-48). La puissance coloniale française va donc essayer de gouverner ces territoires et de les amener progressivement vers ce que certains appellent « la modernité » ; une modernité qui réclame une séparation entre le spirituel et le temporel d’un pays. Cette séparation sera mal vue par beaucoup de musulmans qui n’hésiteront pas à en conclure à l’impossibilité d’être musulman et français (p. 134). A la même époque, l’histoire allant de l’avant, les colonisateurs variés ont dessiné des frontières dans le but de constituer des états autonomes si ce n’est indépendants. C’est alors que la Société des Nations (SDN) a confié à une puissance « dite » civilisée (p. 157) la gestion de ces petits états. Tout ceci fut promulgué et entériné sans l’aval des populations locales, ce qui créera un ressenti général de victimisation aggravé par une fracture sociale croissante (p. 218). L’intégration des populations musulmanes en milieu républicain français n’en sera donc pas facilitée.

Le second livre que nous citons ne parle pas tant de la République mais surtout de la laïcité. Il ne s’agit pas d’une étude scientifique de la laïcité. Les publications à ce sujet sont multiples. Nous avons là un dialogue sur la laïcité, telle qu’elle est vécue en France. C’est un « voyage en laïcité concrète et vécu » avec trois spécialistes de la question. Les contributions de chacun sont inégales mais leurs contributions reflètent leur propre histoire et leur culture. Ils ne s’affrontent pas, mais relèvent les problèmes d’hier tout autant que d’aujourd’hui ou de demain. En ce sens, ce livre n’est pas une thèse mais une illustration de ce que vivent les communautés ordinaires ; il complète concrètement ce que nous trouvons dans le livre de Luizard.

Leurs témoignages mettent clairement en évidence que la laïcité est un problème pour tout musulman ordinaire qui se respecte. Elle est en effet facilement assimilée à l’incroyance (p.  11) ; elle serait donc incompatible avec l’islam (p. 19). Elle est totalement intégrée dans la République française ; mais des voix s’élèvent pour que ce soit la laïcité qui s’adapte à leur mode de vie et à leur religion musulmane (p. 36). Si elle est acceptée comme un cadre favorisant la liberté pour toutes les religions, certains se demandent pourquoi la culture socio-politique ambiante fait tant de références au catholicisme et si peu à l’islam. Ils s’accordent pour susciter une réforme de l’Islam, une réforme en profondeur qui renouvellera la manière de le comprendre et de le pratiquer ainsi que la relation à établir avec les textes (p. 87). Le passé ne peut être le seul critère de vérité (p. 91).

Deux ouvrages très abordables par tous et intéressants à lire pour tous ceux et celles qui veulent renouveler leur vision de l’Islam en ce pays.

Père Gilles Mathorel

Agenda

En dialogue

Le mariage islamo-chrétien

Twitter