16 mai : la Journée internationale du vivre ensemble en paix

Le vendredi 8 décembre 2017, ayant à l’esprit la Charte des Nations Unies, en particulier la volonté résolue de préserver les générations futures du fléau de la guerre, et consciente de l’importance de la Déclaration et du Programme d’actions en faveur d’une culture de paix, qui sont le cadre universel dans lequel la communauté internationale doit promouvoir une culture de paix et de non-violence pour le bien de l’humanité, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé, le 16 mai Journée internationale du vivre-ensemble en paix.

Elle a souligné que la Journée internationale du vivre-ensemble en paix sera un moyen de mobiliser régulièrement les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l’inclusion, de la compréhension et de la solidarité, et l’occasion pour tous d’exprimer le désir profond de vivre et d’agir ensemble, unis dans la différence et dans la diversité, en vue de bâtir un monde viable reposant sur la paix, la solidarité et l’harmonie.

Elle a donc invité tous les États Membres, les organismes des Nations Unies et les autres organisations internationales et régionales, ainsi que la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et les particuliers, à célébrer la Journée internationale du vivre-ensemble en paix, dans le respect de la culture et d’autres  particularités ou coutumes locales, nationales et régionales, y compris en prenant des initiatives éducatives et en menant des activités de sensibilisation.

Elle a enfin invité tous les États Membres à continuer d’agir en faveur de la réconciliation afin de contribuer à la paix et au développement durable, notamment en collaborant avec les communautés religieuses et leurs dirigeants, ainsi qu’avec d’autres parties prenantes, en prenant des mesures de réconciliation.

Cette décision est le fruit d’une initiative portée par AISA ONG INTERNATIONALE et présentée par l’État algérien devant tous les États-membres de l’ONU. Le Cheikh Khaled Bentounes a parlé de ce projet en ces termes : « Je m’adresse à cette Humanité dont chacun d’entre vous est dépositaire et vous demande avec humilité de faire de cette « Journée internationale du Vivre Ensemble en Paix » un rappel à la précieuse et impérieuse réconciliation de la famille humaine tel un appel d’espérance et une offrande généreuse à toutes celles et tous ceux qui croient et aspirent à la fraternité humaine ». En effet, pour lui, « la paix n’est pas qu’absence de guerre ou de conflit. La paix est, avant tout, un état d’être que chacun d’entre nous ressent au fond de soi, avec le désir de partage, s’unissant à l’ensemble de ses semblables, au-delà de sa couleur, de sa religion ou encore de sa  nationalité. Un être humain est d’abord une conscience et celle-ci augmente ou diminue en fonction de son attachement aux valeurs d’éthique, de justice, de solidarité et de paix ».

Photo : Ensemble musical pour la paix, 17 décembre 2017, Église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, Paris 2e. Cet ensemble composé de 9 chanteurs et musiciens interprète des chants religieux issus des trois religions du livre : chrétienne, juive et musulmane. L’Ensemble musical pour la paix est né au gré des rencontres de Bachir Chami, chanteur lyrique baryton. D’origine libanaise, il a souhaité créer un dialogue musical interculturel entre l’Orient et l’Occident avec des amis, partenaires issus des différentes confessions et rencontrés au fil des années. Un seul mot d’ordre guide l’ensemble musical pour la paix : le plaisir de chanter ensemble, de faire découvrir des chants méconnus et d’inviter les spectateurs à un voyage musical.

Agenda

En dialogue

En Dialogue n°7

Le mariage islamo-chrétien

le-mariage_col-droite

Twitter