Solidarité avec Beyrouth

4 août 2020, 18h07… Des explosions terribles dévastent Beyrouth.

Beirut port - adyan s

Un mois plus tard, le bilan est de près de 200 morts, plus 6.500 blessés, 7 personnes encore disparues et plus de 350.000 personnes ayant leurs domiciles détruits ou endommagés. Economiquement, les dommages et pertes sont évalués entre 5.6 et 6.8 milliards d’euros, selon une première estimation de la Banque mondiale. Les secteurs les plus endommagés sont le logement, le transport, les hôpitaux, les établissement scolaires et les biens culturels dont un grand nombre de maisons libanaises traditionnelles.

volunteers - adyan s

Très rapidement, la Fondation Adyan, s’est mobilisée. Créée le 6 juin 2006, elle a pour objectifs de  renforcer la citoyenneté et le vivre-ensemble, dans des sociétés pluralistes, et favoriser des plates-formes pour la solidarité spirituelle interreligieuse. Elle a aussi développé un programme de construction de la résilience et de la réconciliation pour les enfants et les éducateurs victimes de la guerre en Syrie. Ses cinq fondateurs – le père Fadi Daou, Nayla Tabbara, Mireille Matar, Tony Sawma et Samah Halwany – appartiennent à différentes confessions chrétiennes et musulmanes et ont des expertises professionnelles variées. Aussi a-t-elle lancé cet appel :

logo ad

NOUS PROCLAMONS

Aujourd’hui Beyrouth est la capitale sinistrée d’un pays qui souffre de la mauvaise gouvernance ainsi que de l’incapacité de son Etat sur de nombreux plans. Les explosions qui ont eu lieu au Port de Beyrouth au soir du 4 août 2020, ont fait des centaines de morts, plus de cinq mille blessés et ont rendu des centaines de milliers de personnes sans abri. Un quart des maisons de Beyrouth est endommagé, et plusieurs hôpitaux sont devenus hors-service, alors que le pays connaît une augmentation de cas de Covid-19.

La catastrophe qui s’est abattue sur notre société déjà épuisée, aurait pu anéantir le Liban, s’il n’y avait pas eu la volonté de son peuple de combattre ensemble jusqu’au dernier souffle, pour une vie digne dans un Etat sain.

Bien que les gens soient fatigués, ils tirent leur force de la solidarité des autres. Ils partagent le peu qu’il leur reste, et essayent de faire face ensemble à ce désastre avec détermination et générosité, comme les milliers de bénévoles qui œuvrent pour aider les personnes affectées. Une aide internationale logistique et technique a aussi commencé à arriver à Beyrouth. S’y ajoutent les centaines messages que nous recevons d’amis en dehors du Liban, qui nous soutiennent et nous permettent de ne pas sombrer dans le désespoir, ni de succomber à la douleur.

NOUS NOUS ENGAGEONS

Adyan, Fondation Libanaise pour la Diversité, la Solidarité et la Dignité Humaine, se mobilise pour le soutien des personnes affectées et s’engage à :

  1. Rejoindre, à travers ses réseaux de jeunes, de volontaires, d’ambassadeurs et de familles, ainsi qu’à travers les membres de son Forum de Responsabilité Sociale des Religions et d’autres membres de sa communauté, les campagnes de bénévolat qui œuvrent à assurer les besoins urgents des personnes sinistrées et aident à déblayer les décombres et préparer la phase de reconstruction.
  2. Transférer tous les fonds d’Adyan dédiés au service communautaire vers la région sinistrée, commençant directement avec la mise en œuvre de deux projets d’une valeur de 40.000 Dollars Américains.
  3. Recueillir une donation des employés d’Adyan représentant 5% de leurs salaires pour une période de trois mois pour aider les personnes affectées par la catastrophe.
  4. Lancer un projet dédié à l’aide des personnes touchées sous le titre de « Nous sommes avec Beyrouth ». Adyan fournira les ressources humaines et le coût administratif de ce projet, pour s’assurer que l’ensemble des donations sera versé au profit des personnes dans le besoin.

NOUS APPELONS

Adyan appelle tous ses membres, amis, partenaires, gouvernements et bailleurs de fonds, au Liban et dans le monde, à soutenir le projet « Nous sommes avec Beyrouth », pour nous permettre d’assurer l’équivalent d’un million de dollars, pour la première phase, qui seront utilisés pour l’aide humanitaire et les secours.

Un comité indépendant d’experts se réunira une fois par semaine pour établir les priorités et diriger l’aide d’une manière appropriée et transparente. Nous publierons aussi un rapport hebdomadaire sur le travail que nous menons, sur l’aide reçue et la manière dont elle a été dépensée et distribuée, sous la supervision de l’audit financier K&K (membre du réseau global GMNI), qui présente ses services gracieusement.

Vous pouvez soutenir cette initiative sur le compte dédié exclusivement au projet :

Banque BEMO SAL

SWIFT : EUMOLBBE

IBAN: LB85 0093 0000 0035 0009 0366 2EUR

Adresse : Elias Sarkis Ave, Ashrafieh, Beyrouth, Liban

Account Holder : Adyan Foundation

Adresse : Rue Charles Helou, Sin El Fil, Liban

Pour plus d’information, vous pouvez écrire à : forbeirut@adyanfoundation.org

Quelques jours plus tard, le 20 août 2020, le Conseil des Eglises du Moyen-Orient (CEMO) a lancé cet appel aux Eglises et aux partenaires :

Christ est vraiment ressuscité, il est ressuscité !

Depuis 2000 ans, les chrétiens du Moyen-Orient ont continuellement proclamé la Résurrection du Christ pour exprimer à la fois leur foi et leur confrontation avec la mort, la plus grande menace pour l’humanité et la création. En raison de sa vivacité religieuse, culturelle et commerciale et de sa présence au cœur du monde antique, leur région n’a jamais vraiment connu une paix authentique, si ce n’est pour de courtes périodes. En fait, la plupart du temps, elle est restée un carrefour, un lieu de rencontre et un point de départ, mais aussi l’arène de conflits et d’affrontements. En raison des conflits et des guerres qui ont fait rage pendant plus d’un demi-siècle, le Moyen-Orient a énormément souffert de la violence, de l’extrémisme et des meurtres, déracinant ses habitants de leurs terres et les déplaçant, lui faisant perdre sa destinée première et sa dignité humaine.

Le 4 août 2020, une terrible explosion a soudainement frappé Beyrouth, dévastant la capitale, la plongeant dans l’obscurité, le sang et la douleur, et toute sa population dans l’horreur. La moitié de la ville est aujourd’hui complètement détruite avec plus de 177 victimes, 30 disparus, plus d’une centaine de personnes dans un état critique et des milliers de blessés, dont des jeunes hommes, des femmes et des enfants… Plus de 300.000 Beyrouthins sont aujourd’hui sans abri. Ils ont perdu leurs maisons, leurs proches, leurs amis, leurs entreprises, leurs bureaux, leurs moyens de subsistance, l’avenir de leurs enfants….

Cliquez pour lire l’appel du CEMO dans son intégralité

parolin_beyrouth

Priere 4 Septembre

Reportage photographique copyright Fondation Adyan

Agenda

En dialogue

ED9-COUVERTURE

Le mariage islamo-chrétien

le-mariage_col-droite

Twitter